Vienne la nuit, lue par Brigitte Célerier

vendredi 11 janvier 2013, par Liminaire

Brigitte Célerier, plus connue sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de @brigetoun a lu et apprécié sur son site le n°9 de la revue d’ici là sur Publie.net. Elle s’en est également fait l’écho sur Babelio. Grand merci à elle.

« Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure »

Guillaume Apollinaire

« Entre nuit noire et mer montante, alors que la brise ruisselle, l’air neuf se crispe, les nuages s’échouent, la folie se dissipe. »

Sabine Huynh

« Quand ma nuit blanchit comme un cheveu, l’horizon me mesure de ses mains argentées. »

Francis Royo

"Entre nuit noire et mer montante, alors que la brise ruisselle, l’air neuf se crispe, les nuages s’échouent, la folie se dissipe."

Jérémy Taleyson

« La nuit est drôle
quand on y pense
le noir s’amuse des formes et des silhouettes fuyantes. »

Xavier Galaup

« Dehors la nuit se déchire à couper les cordes à linge en deux et faire s’envoler les draps blancs comme des nébuleuses en décor des avions de lignes étoiles filantes made in china c’est sûr qui ponctuent la nuit de leurs trajectoires précalculées et autorisées de couloirs aériens pour lesquels il existe des cartes au format papier façon grand drap à déplier sur fond de nuit dehors... »

Joachim Séné

« Nuit close, doigts pris dans la trame.

Sonne qu’importe ? »

Michel Brosseau

« Je ne vois bien la nuit que quand elle est percée, impossible à remplir.

Percée de réverbères, de rayons et de chiens. »

François Bonneau


Voir en ligne : L’article de Brigitte Célerier sur le dernier numéro de la revue d’ici là

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.